Mina, une chanteuse de R’n’B pas comme les autres !


Il semblerait que les chanteuses de R’n’B ne soient capables que de pleurer leurs déceptions amoureuses dans leurs textes. Mais Mina est la preuve du contraire ! Elle évoque certes l’amour dans certaines de ses chansons mais d’une façon qui lui est propre.
Elle ne craint pas d’emprunter différents styles selon ses morceaux.
Elle a une voix époustouflante, un univers musical plus proche de celui des chanteuses américaines, des textes profonds qu’elle fait vivre en les interprétant comme peu de chanteuses en France savent le faire.

12834927_1136272976405751_233452082_n
Street and Love Music : Bonjour Mina,
Peux-tu te présenter aux lecteurs de Street and Love Music ?
Mina : Salut, moi c’est Mina, 26ans. Je suis française d’origine corse et italienne. Je suis chanteuse R’n’b à Marseille. Cela fait onze ans que je fais activement de la musique, des concerts ainsi que des productions personnelles en studio.

Street and Love Music : Comment as-tu commencé à chanter ?
Mina : J’ai toujours chanté depuis que je suis petite. J’ai compris à l’âge de 11ans, à la fin de ma sixième, que je pouvais faire quelque chose de ma voix. Et l’occasion de chanter en public s’est présentée à moi à l’âge de 15ans pour la fête de la musique, ma première scène. Ce que j’ai ressenti et le retour des personnes présentes ce jour-là m’ont confirmé cette envie de faire de la musique plus sérieusement.

Street and Love Music : La musique, une thérapie ou une passion ?
Mina : Au début, c’est une passion car je chante comme je respire donc c’est inévitable. Mais dès que j’ai commencé à vouloir en faire un business et à penser stratégiquement, c’est devenue une thérapie parce que mentalement, c’est dur de s’en sortir dans la culture HipHop en France. J’ai donc besoin d’écrire ce que je ressens ne serait-ce que pour me vider l’esprit.

Street and Love Music : Tu préfères être sur scène ou en studio ?
Mina : Largement et de loin la scène !!! J’ai eu 3 ans d’expérience scénique avant de connaître le studio. Et sincèrement la scène, c’est vraiment le fruit du travail que je fournis en studio. C’est là que je revis et que je puise l’énergie nécessaire pour retourner en studio. Le public, c’est ma force numéro 1.

Street and Love Music : Avec quels artistes aimerais-tu collaborer ?
Mina : C’est difficile de répondre à cette question pour des milliers de raisons. Ce serait en priorité avec des artistes américains. Et en France, ce serait avec des artistes du genre Wallen, Nessbeal, Salif, ceux de ma génération en fait car ils étaient tous pratiquement très bons, je ne peux pas tous les citer. Actuellement, pour répondre, je dirais Zaho et PNL.

Street and Love Music : Tu as tenté le casting de The Voice. Pourquoi ?
Mina : Alors, j’ai tenté le casting The Voice « box » car le concept m’intriguait. J’étais curieuse de rentrer dans cette fameuse box ! Je sortais du concours de l’UKC avec ma binôme Saaphyra qui m’a poussée à le faire. Je ne m’attendais pas forcément à du résultat. C’était sur un coup de tête, je n’avais rien préparé, je ne l’ai vraiment pas pris au sérieux. Et heureusement ! Car il n’y a pas eu de suite.

Street and Love Music : Peux-tu nous parler de ta participation au concours Urban Kicker Contest ?
Mina : Je participe à ce genre d’événement toujours dans le but de partager, de rencontrer (ce qui a été le cas d’ailleurs) et de rajouter une expérience scénique. C’était un concours de rappeurs, je ne pensais vraiment pas finir deuxième sur 36 MCs. Ça aussi été l’occasion de me produire devant les « grands » de ma ville comme Redk, MOH, Ksir Makosa. Et encore une fois, c’est une forme de source d’énergie donc une expérience très positive.

Street and Love Music : Tu interprètes certains de tes morceaux en français et d’autres en anglais. Pourquoi ?
Mina : C’est le reflet de ma culture musicale, j’ai toujours écouté les Américains et préféré leurs sonorités. J’ai toujours eu des facilités à écrire en anglais plutôt qu’en français. Mais étant donné que nous sommes en France et que mon public n’est pas bilingue, je me dois de leur fournir du son dans lequel ils peuvent se reconnaître et s’identifier sinon je ne pourrais pas rester en France. J’ai beaucoup de mal à parler de moi-même aussi et la langue française m’y oblige un peu. Donc par pudeur, il est vrai que je préfère parfois parler en langue étrangère (j’écris aussi en espagnol).

Street and Love Music : Un petit mot sur le titre « Hors Context » ?
Mina : « Hors context » est un titre très dénonciateur et révélateur de ce que je pense et de ce que j’ai appris très tôt sur l’envers de ce monde sans rentrer dans les détails. Je me suis toujours sentie à part comme fille à cette période là, bien évidemment avant de rencontrer d’autres personnes comme moi. C’était une façon de mettre en avant ma différence et ma vision des choses.

Street and Love Music : Pourquoi as-tu choisi de remixer « BBHMM » de Rihanna toi qui est plutôt Beyoncé ?
Mina : Il est vrai que Beyoncé est mon mentor ! Mais je sais reconnaître lorsqu’un morceau est bon même si je ne suis pas « fan » de l’artiste. Un ami m’a proposé de le remixer lorsqu’il est sorti. J’ai trouvé l’idée convaincante et je l’ai suivi dans son délire. Je me retrouve dans ce son car je trouve cette fille complètement dingue et elle me fait penser à moi sur beaucoup de traits de caractère.

Street and Love Music : Peux-tu nous parler de l’admiration que tu sembles porter à Bonnie ?
Mina : L’histoire de Bonnie me touche particulièrement car comme elle, j’ai traversé une période où par amour j’aurais été capable de suivre un homme jusqu’à la mort, simplement au nom de l’amour. J’admire son courage et sa force, c’est ce qui fait que je suis encore debout aujourd’hui malgré les déceptions.
Je suis une grande fan de 2pac et le remix de Jay Z et Beyoncé est tellement parfait que j’ai aimé m’identifier à ce personnage encore plus ! A l’heure d’aujourd’hui, j’estime que toutes les femmes sont des Bonnies. Et j’aime utiliser ce terme pour rassembler un maximum de femmes autour d’un point commun qui est la solidarité pour écraser ce sentiment de jalousie qui existe entre nous car c’est très destructeur.

Street and Love Music : Sur ton remix d’Alonzo « Y’a rien à faire », tu kickes pas mal. Délire ou nouvelle direction pour la suite ?
Mina : Ce remix est un pur produit de réaction humaine instantanée ! Je m’explique, cela a été fait sur un coup de tête et avec beaucoup de haine. C’est la raison pour laquelle je rappe dessus alors que je suis chanteuse et je le revendique ! Je traite d’un sujet personnel ; une forme de vengeance. On rejoint la thérapie dans ce morceau, j’en avais vraiment besoin. Donc ce n’est en aucun cas une nouvelle direction pour la suite. J’espère plutôt ne plus me retrouver à faire des morceaux de ce genre car c’est une énergie mal gérée malgré qu’on ait bien rigolé en le faisant !!!

Street and Love Music : Ton EP Muzik Thérapy est sorti le 12 novembre. Peux-tu nous expliquer rapidement chacun de titres qu’il contient ?
Mina : Alors le 12 novembre, c’est la date d’anniversaire de mon père. C’est de lui que je tiens passion donc déjà la date de sortie est très significative pour moi et sentimentale.
Pour expliquer rapidement le contenu de chaque son, je vais essayer de le faire en quelques mots.
« CookieLyon » : Pour ceux qui connaissent la série Empire, c’est un Big Up à cette femme de caractère qu’est Cookie. Elle, c’est une vraie Bonnie et elle m’a plu dès sa première apparition dans la série.
« Faire du sale » : C‘est juste pour dire que malgré la difficulté que j’ai à sortir la tête de l’eau dans ce business, je m’efforcerai toujours de faire du bon son !
«  Peace on » : C’est inspiré de faits réels et c’est un hommage aux femmes qui se prostituent.
« Je ne sais pas » C‘est un titre autobiographique actuel qui illustre ma difficulté à oublier l’être aimé.
« First Time » Ce titre parle de la première fois entre un homme et une femme qui se disputent à cause du téléphone de monsieur qui ne cesse de sonner au moment de l’acte.
« BOEMM » : C’est une histoire de remboursement d’argent entre deux femmes.
« Muzik Therapy » : Le morceau éponyme du projet qui s’adresse à ma mère dans le but de la rassurer sur mes activités musicales car c’est un chemin bancale et incertain pour l’avenir d’un enfant. J’avais besoin de la rassurer.

Street and Love Music : Pourquoi le morceau « Miséricorde » ne figure pas sur ce projet ?
Mina : Il a été fait bien avant et je ne voyais plus sa place dans le projet car mon ingénieur son m’a proposé une directive très différente au niveau des bandes instrumentales donc ce son ne rentrait plus dans les critères artistiques en octobre 2015.

Mina, une artiste qui met du cœur à l’ouvrage !

Téléchargez gratuitement le EP de Mina :
http://www.hauteculture.com/mixtape/8673/muzik-th-rapy

Retrouvez Mina sur ses différents réseaux sociaux :
Facebook : https://www.facebook.com/Mina-Officiel-102070629850310/
Instagram : https://www.instagram.com/mina_west13/?hl=fr
YouTube : https://www.youtube.com/user/MINADJMROD

Propos recueillis par Aurélia Deschryver

2 commentaires

  1. […] Mina, une chanteuse de R’n’B pas comme les autres ! […]

  2. […] Mina, une chanteuse de R’n’B pas comme les autres ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *