Djazzi, un artiste polyvalent !


Capable d’écrire des textes bien construits et de les interpréter proprement, Djazzi sait également réaliser des prods exceptionnelles dont il fait profiter d’autres artistes comme Vincenzo, Mister You ou encore La Fouine.

11403151_853536118015099_2315304018184395848_n
Street and Love Music : Bonjour Djazzi,
Peux-tu te présenter aux lecteurs de Street and Love Music ?
Djazzi : Salut, Djazzi, 26ans, artiste, auteur / compositeur de Salon de Provence (13).

Street and Love Music : Qu’est-ce qui t’a donné goût à la musique ?
Djazzi : Le goût de la musique, je pense que cela vient de mes parents qui étaient musiciens, chanteurs. Mon père était saxophoniste et ma mère était chanteuse. Cette influence très hip hop me vient de mes frères qui m’en ont fait écouter toute mon enfance … J’avais moi aussi envie de prendre le mic et chanter.

Street and Love Music : Quels sont tes modèles artistiques ?
Djazzi : Je n’ai pas vraiment de modèles, je suis pas quelqu’un qui reste bloqué sur un artiste et sa manière de gérer, construire sa carrière. Mais par contre, j’aime beaucoup la façon dont Dj Khaled communique et réalise ses albums. Je le trouve très fort celui-là !

Street and Love Music : Auteur, interprète, compositeur.
Que préfères-tu ?
Djazzi : Sans hésiter, interprète !

Street and Love Music : Peux-tu nous parler de ta rencontre avec Dj Erise ?
Djazzi : J‘etais venu sur Paris avec Vincenzo des Psy4 avec qui je bossais des instrus pour son projet (Vue des blocks 3 ndlr) et il avait une session de prévue avec Dj Erise. De là, je lui ai fait écouter ce que je faisais, dit que j’étais du sud, etc … Et à la première écoute de prods, le premier soir, il m’a dit : « Je te veux chez Kantizrecord ! ».

Street and Love Music : « Les mains faites pour l’or mais elles sont dans la résine de cana. »
Penses-tu que ce mode de vie est pour les jeunes une solution pour se faire de l’argent facilement ou est-ce pour eux le seul moyen de s’en sortir ?
Djazzi : Dans plus de la moitié des cas, c’est leur seul moyen de s’en sortir ! Après, il y a toujours des personnes qui peuvent mais qui ne veulent pas. Et pour avoir grandi dans un quartier, je ne pense que pas tout le monde a sa chance comme il le faudrait pour minimiser tout ça.

Street and Love Music : « Y’a pas de profil pour être trafiquant de drogue. »
Qu’as-tu envie de dire à ceux qui collent une étiquette (positive ou négative) en fonction d’un style ou d’une apparence ?
Djazzi : Aujourd’hui, beaucoup sont jugés par leur apparence. Mais je reste convaincu jusqu’à maintenant que l’habit ne fait pas le moine, que ça soit au niveau financier ou au niveau de la délinquance et du banditisme.
Certaines personnes sont riches et ne sont pas forcément blanches, issues d’un haut niveau social. Et la plus part des plus grands bandits ont des têtes de premiers de classe !

Street and Love Music : Peux-tu nous parler de ton dernier titre « Plan B » ?
Djazzi : « Plan B », c’est mon titre préféré, produit par Charisma et moi-même, qui parle tout simplement du fait que le temps passe vite, que je grandis, qu’il faut que je passe aux choses sérieuses, que ce soit en amour ou en amitié. Qui m’aiment me suivent …

Street and Love Music : Avec quels artistes aimerais-tu collaborer ?
Djazzi : J’aimerais bien faire un titre avec Youssoun N’Dour.

Street and Love Music : As-tu un projet en préparation ?
Djazzi : Je prépare une série de pleins de clips pour tout cet été et un projet pour la rentrée !

Djazzi, un artiste pas suffisament mis en avant au vu de son talent !

Retrouvez Djazzi sur ses différents réseaux sociaux :
Facebook : https://www.facebook.com/DJazzifizouofficiel/
Twitter : https://twitter.com/djazzifizou
Instagram : https://www.instagram.com/djazzifizou/
Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCgFTzSHcdcLIvKI2pubffsg

Propos recueillis par Aurélia Deschryver

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *