Kefyr, un artiste qui sort du lot !


Kefyr, ce nom vous dit forcément quelque chose ! Vous êtes persuadés de l’avoir entendu mais vous n’en n’êtes pas sûrs parce vous ne vous souvenez ni du titre, ni de l’air, parce que vous vous ne vous rappelez ni du moment, ni de l’endroit. Mais si je vous dis : « Planète Rap » ou « freestyle par téléphone », vous y voyez plus clair et vous vous souvenez forcément de ce jeune rappeur talentueux qui a déjà lâché de nombreux freestyles lors de cette fameuse émission et qui pensait chaque fois à présenter, aux différents artistes invités par Fred, une petite anecdote sur la façon dont ils les a découverts ainsi qu’un petit condensé de leur parcours musical.
Et oui, comme vous l’aurez remarqué, ce rappeur se démarque des autres. Et pas seulement par sa façon unique d’aborder les autres artistes ! Il vit sa musique avec le cœur et transmet, à travers ses différents morceaux, des messages profonds et sincères comme peu savent encore le faire aujourd’hui. Qu’importe s’il ne fait de millions de vues ou de milliers d’euros. L’essentiel, pour lui, est d’offrir au public quelque chose qui lui ressemble !

14440700_10154552046776060_7647128500065519829_n

Street and Love Music : Bonjour Kefyr,
Peux-tu te présenter aux lecteurs de Street and Love Music ?
Kefyr : Bonjour, moi c’est Kefyr, je viens de la région lyonnaise.
J’ai sorti un premier album en 2012 Cahier intime, puis un EP en 2014 avec mon crew One Mic. Et je viens de sortir, ce 13 octobre, mon premier EP solo Premier semestre.

Street and Love Music : Pourquoi avoir choisi Kefyr comme blaze ?
Kefyr : Avant, étant petit, j’habitais dans un quartier où plusieurs personnes portaient mon prénom (qui n’est pas Kefyr). Tout le monde avait donc un surnom.
Kefyr était une boisson qui était plutôt bonne pour la santé. Et étant plus jeune, je faisais beaucoup de sport, je ne fumais pas et je ne buvais pas. Les grands du quartier conseillaient donc à leurs petits frères de traîner avec moi car j’étais « bon pour leur santé » comme le Kefyr.
Et de là, est venu ce surnom qui a remplacé mon prénom aux yeux de tous, et ce depuis tout petit.

Street and Love Music : Qu’est-ce qui t’a donné envie de rapper ?
Kefyr : Je suis arrivé dans le rap par le biais du graffiti. Lorsque je pratiquais cet art, je mettais des phrases qui rimaient au-dessus de mes graffitis. Ce qui m’a donné l’envie d’écrire plus de phrases et donc de venir petit à petit au rap. Et de fil en aiguille, je me suis improvisé rappeur.

Street and Love Music : Quels sont les artistes qui t’ont plus ou moins influencé ?
Kefyr : Alors, les artistes qui m’ont influencé … Pour les américains, je dirai NAS (ma plus grande influence américaine), Mobb Deep, Eminem, Busta Rhymes et beaucoup d’autres. Pour les français, ce sont essentiellement Fabe, Roce, Oxmo Puccino, La Cliqua, pour ne citer qu’eux.

Street and Love Music : De quoi t’inspires-tu pour écrire tes textes ?
Kefyr : De ce que je vis et de ce que vivent ceux qui m’entourent.

Street and Love Music : Peux-tu nous parler de ton titre « Le pitre » ?
Kefyr : Ce titre représente un état d’esprit dans lequel j’étais il y a quelques années.

Street and Love Music : Comment est-né « Placebo » ?
Kefyr : Après une histoire compliquée que j’ai pu vivre et que tout le monde a vécu au moins une fois dans sa vie. Ce titre est un exutoire pour enterrer une histoire.

Street and Love Music : Que peux-tu nous dire au sujet de ton EP Premier semestre sorti ce jeudi ?
Kefyr : J’ai mis trois ans à réaliser cet EP parce que j’ai une vie professionnelle qui me prend beaucoup de temps à côté. Ça ne fut donc pas une mince affaire.
Mon premier album Cahier intime représentait une vie scolaire que j’avais à l’époque. D’où son nom car j’étais encore dans mes cahiers que je prenais pour journal intime.
Et donc, Premier semestre, représente une vie d’adulte.

Street and Love Music : Si parmi tous les titres de ce projet, tu ne devais en garder qu’un, ça serait lequel ?
Kefyr : « Placebo » parce qu’il m’a vraiment permis de passer un cap dans ma vie.

Street and Love Music : Et sur l’ensemble de ta carrière ?
Kefyr : « Fenêtre sur horizon » ! C’était mon premier titre, mon premier clip. Et il m’a permis de rencontrer plein de monde, de me faire enfin connaître à ma petite échelle.

Street and Love Music : Comment s’est présentée l’occasion d’assurer la première partie de MHD ? Comment as-tu vécu cette expérience ?
Kefyr : C’est la structure dans laquelle je suis (WAB) qui m’a proposé cette première partie en collaboration avec C’kel Prod.
C’était très bien, une belle expérience ! J’ai reçu un très bon accueil de la part d’un public que je ne connaissais pas.

Street and Love Music : Avec quels artistes aimerais-tu collaborer ?
Kefyr : Jean Moulin … (rires)
Oxmo Puccino, Nekfeu et j’aurais également aimé collaborer avec Fabe s’il n’avait pas arrêté le rap.

Kefyr, un artiste qui mérite une belle carrière !

Procurez-vous le EP de Kefyr :
https://itun.es/fr/04Cofb
https://play.google.com/store/music/album?id=Ba52gmqesc7lgbndb5ur5n5rfeq
https://open.spotify.com/album/0CXuFnmZFXwnI6u6DGcFtj?ref=wp

Retrouvez Kefyr sur ses différents réseaux sociaux :
Facebook : https://m.facebook.com/kefyrofficiel/
YouTube : https://www.youtube.com/user/Imnotaname

Propos recueillis par Aurélia Deschryver

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *