Rencontre avec Jerry Zelou


Jerry Zelou est de ces artistes qui se savent destinés à évoluer dans la musique, dont l’épanouissement personnel ne dépend que de cela mais à qui il faut parfois du temps pour parvenir à leur but. Son parcours n’a pas été de tout repos ; il aurait pu abandonner à plusieurs reprises. Cependant, il a choisi de s’accrocher à sa bouteille d’oxygène. Et il a bien fait puisque ça a payé !

Street and Love Music : Bonjour Jerry Zelou,
Peux-tu te présenter aux lecteurs de Street and Love Music ?
Jerry Zelou : Bonjour et merci à vous pour cette interview ! Pour commencer, je ne suis pas inconnu au bataillon ; je suis plus ou moins connu sous plusieurs noms comme Dwayne, Papy-j, Stéphane Zelou et, à l’heure actuelle, c’est Jerry Zelou … Ça ne va plus changer !
Pourquoi tous ces changements ? Le premier pseudonyme que j’ai utilisé, c’était Papy-j. Plus tard, j’ai été contacté par un producteur qui trouvait que ça ne faisait pas trop artiste R’n’B et m’a proposé Dwayne. J’ai kiffé car ça sonnait un peu comme Lil Wayne et j’aimais ce personnage.
Après ma séparation avec ce producteur, j’ai repris mon ancien blaze mais j’ai découvert que ça avait été pris par un artiste japonais. J’ai alors choisi Stéphane Zelou qui est mon vrai nom de naissance. En effet, mon nom de naissance complet c’est « Matovu zelou tchaya jerry Stéphane ». Mais, dernièrement, je suis retourné au Pays à Bangui République Centrafricaine pour rendre visite à ma grande-mère. Je lui ai montré tout ce que j’ai fait et accompli musicalement depuis que je suis en France. Elle m’a demandé pourquoi je n’ai pas utilisé mon prénom Jerry car elle le kiffait et c’est vrai que, dans ma famille, tout le monde m’appelle ainsi. Voilà pourquoi, pour lui rendre hommage, j’ai décidé de me faire appeler Jerry Zelou. Je suis auteur, compositeur et interprète.

Street and Love Music : D’où te vient cet amour pour la musique ?
Jerry Zelou : J’ai toujours baigné dans la musique grâce à ma mère qui n’écoutait que ça depuis ma plus tendre enfance. À la maison, on passait la journée au rythme de makossa, R’n’B , pop et gospel (H24). En plus, chez nous, en Afrique, la musique fait partie intégrante de notre vie dans toute chose. Quand les grand-parents nous racontaient des histoires (les tèrès), c’était toujours avec des chants traditionnels. Même dans le sport, on faisait nos footings en chantonnant. Le soir, les enfants du quartier se retrouvaient pour chanter et danser le gbaya au rythme du tam-tam et j’en faisais partie. La musique a toujours fait partie de ma vie, le « big love » quoi. C’est dans mon ADN !

Street and Love Music : Tu as commencé à écrire et à composer pour les autres. Pour quelles raisons ?
Jerry Zelou : Tout simplement parce qu’aux yeux de mon ancien producteur, je n’étais pas prêt à être mis sous la lumière, il fallait que je perfectionne mon chant. Mais au niveau des mélodies et des textes, j’étais opérationnel ; j’avais de bonnes idées. Alors, il fallait en tirer profit et les mettre au service des autres au lieu d’attendre que je sois prêt vocalement.

Street and Love Music : Qu’est-ce qui, par la suite, t’a donné envie de passer derrière le micro ?
Jerry Zelou : Je me sentais prêt ! Mais je voulais me tester devant un public, voir de quoi j’étais capable, ressentir ce stress, cette vibration. Cependant, je ne voulais pas le faire seul. Je me suis allier à mon frère Malexone qui est rappe aussi. Ensemble, on a décidé de sortir de l’ombre, de faire de la musique à notre façon. Et sincèrement, c’est le kiff total ! On s’éclate comme des gamins à chaque fois qu’on est sur scène ensemble. C’est jouissif !

Street and Love Music : Quel est le titre dont tu es le plus fier ? Pourquoi ?
Jerry Zelou : « Rends-moi mon cœur » ! Tous simplement parce que c’était mon premier titre en français. En effet, bien avant, je chantais beaucoup plus en anglais. Tout le monde me disait : « On est en France, chante en français ! ». Beaucoup doutaient de moi quand j’ai annoncé sur mon Facebook que mon prochain titre serait en français. Et quand ils ont vu le nom du morceau, cerrtains rigolaient. Et puis, quand ils ont cliqué sur play, ils sont « tombés love » ! (rires)
Les vues montaient, les partages s’enchaînaient, les diffusions télé et radio. Je peux te dire que, même en 2018, les gens kiffent encore. Je pense que c’est un classique !

Street and Love Music : Comment est né ce titre ?
Jerry Zelou : Dans mon sommeil. Et, à mon réveil, la lumière fut ! (rires)

Street and Love Music : Peux-tu nous parler de « Feeling » ?
Jerry Zelou : Ce jour là, j’allais au studio pour enregistrer un titre. Dans ma voiture, j’écoutais des instrus. Je suis tombé sur celle de feeling et j’ai kiffé. Je l’ai directement envoyée à mon nouveau producteur, il a écouté et il a kiffé. Il m’a envoyé un message audio avec le refrain « pum pum pum y a comme un feeling » en yaourt, ça m’a plu. Ensuite, arrivé au studio, pendant une petite pause, je commençais à fredonner un air avec des textes que j’avais écrit il y a longtemps. Là, mon producteur me dit : « C’est bien ce que tu fredonnes, refais le plus en mode afro voir ! ». Et quelques minutes plus tard, on a eu « Feeling » !

Street and Love Music : As-tu un projet en préparation ?
Jerry Zelou : J’ai déjà plusieurs singles prêts à sortir. Et plus tard, peut-être un album !

Lisez aussi :

Stéphane Zelou, un artiste amoureux de son art !

Stéphane Zelou est prêt à tout pour atteindre ses objectifs !

Stéphane Zelou, un artiste sensationnel !

Aurélia Deschryver

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *